Bienvenue sur Euro TMT L'actualités des télécoms, médias et technologies - Si vous souhaitez recevoir la Lettre et la Quotidienne EUROTMT et rejoindre nos abonnés parmi lesquels nous comptons les grands acteurs : Alcatel, Canal Plus,France Télécom, Vivendi, Lagardère, Bouygues, Neuf Cegetel, BT Group, Netgem, Exalead Et d'aures... N'hésitez pas à complèter et nous envoyer le bulletin d'abonnement.

Mobile : la France demeure chère


Tous les ans, à la même période, l’autorité de régulation des télécoms finnoise (la FICORA) publie son étude annuelle sur les prix de la téléphonie mobile en Europe. Et tous les ans, la même conclusion se confirme : la France figure parmi les pays les plus chers. Certes, de nombreuses critiques peuvent être adressées à l’étude, qui ne prend pas en compte un certain nombre d’éléments. Cette année notamment, le classement ne prend pas en compte l’évolution des devises, malgré les très fortes variations enregistrées par la livre britannique, la couronne suédoise ou la couronne islandaise par rapport à l’euro.

Premier enseignement de cette étude : mis à part pour le panier «gros consommateur» (1000 minutes, 200 SMS et 50 Mo), la France figure dans la queue du classement. Pour ce panier, la France affiche en effet, selon la FICORA, un prix moyen de 87,3 euros, contre une moyenne de 106,7 euros. Ce qui ne constitue pas une réelle surprise, dans la mesure où les prix des forfaits tricolores favorisent les «gros consommateurs» : plus on choisit un forfait cher, moins le prix à la minute est élevé. En revanche, pour les petits (150 mn et 25 SMS) et moyens consommateurs (300 mn et 100 SMS), la France affiche des tarifs significativement supérieurs à la moyenne européenne : 36,6 euros dans le premier cas (pour une moyenne de 25 euros), et 57,4 euros dans le second cas (une moyenne de 42,1 euros).

Autre originalité de l’étude : elle propose un panier composé uniquement d’un service données (4 Go). Mais là-encore, la France est mal classée : un prix de 66,8 euros pour une moyenne européenne de 34,7 euros. Deuxième enseignement intéressant de cette étude : l’évolution des prix en Europe depuis 2005, limitée cette année au seul premier panier. La FICORA estime ainsi que la baisse du prix moyen s’élève à 36,8 %, mais en France elle a été limitée à 7,9 %. La cause : entre 2005 et 2007, le prix en France pour ce panier a augmenté avant de commencer à baisser à partir de 2008. Si les opérateurs mobiles tricolores passeront certainement sous silence cette étude qui ne les met pas en valeur, les associations de consommateurs verront là la confirmation de leur propre analyse sur la cherté de la téléphonie mobile en France. D’autant que, malgré ses biais, la comparaison internationale réalisée par la FICORA présente des conclusions assez proches de l’étude tarifaire publiée par l’Union européenne à l’occasion de son dernier rapport annuel sur l’état des télécommunications chez les 27 pays membres.

Reprenant les résultats de l’étude tarifaire réalisée par l’OCDE, Elle montrait déjà que les opérateurs français affichaient les tarifs parmi les plus élevés d’Europe. Pourtant, l’étude de l’organisation internationale définit des paniers de consommation un peu éloignés de la réalité française : son panier faible consommateur porte sur une consommation mensuelle de 44mn (et 33 SMS), 114 mn (et 55 SMS) pour les consommateurs moyens et 246 mn (et 55 SMS) pour les gros consommateurs. Selon l’observatoire des télécoms publié par l’Arcep pour le dernier trimestre 2008, la moyenne de consommation des abonnés mobiles français était de 150 mn et de 67 SMS. Ces différentes études tendent toutefois à démonter que le marché français demeure peu concurrentiel, malgré la montée en puissance des opérateurs virtuels. Ce qui confirme la nécessité d’attribuer la quatrième licence mobile (même dégradée), comme le souhaite l’Arcep mais que le gouvernement semble vouloir à nouveau enterrer.

 

La Quotidienne
La Lettre Euro TMT
  • EuroTMT numéro 211
    Au sommaire du numéro 211 d’EuroTMT, un dossier spécial de 12 pages : bilan 2012 En Une Edito : C’est la faute d’Internet ! Têtes d’affiche Jean-Ludovic Silicani (Arcep) ...
A la une de la lettre
  • Compte à rebours
    Tic tac, tic tac… Le compte à rebours est déclenché depuis quelques années, mais q...
  • EuroTMT numéro 212
    Au sommaire du numéro 212 d’EuroTMT : un dossier spécial « Le jour d’après &ra...
  • Constat d’impuissance
    Depuis près de six ans, c’est l’un des deux principaux sujets qui agitent le petit monde des t&eac...